CBD Ground Zéro : Saison II – La menace Fantasme

Publicité

Le mouvement planétaire de compréhension et de tolérance vis-à-vis du Cannabis et des ses bénéfices thérapeutiques ne s’est pas arrêté aux frontières de la France. Cependant, les courageux commerçants, qui se sont aventurés un peu trop loin sur les chemins du CBD du chanvre et du Cannabis légal dans notre pays, le payent encore chèrement de leur argent et de leur liberté.

Voici le début de la deuxième saison d’une vague de perquisitions et d’interpellations qui dure depuis l’été 2018. CBD Ground Zéro Saison II, ou la chronique honteuse d’un naufrage judiciaire.

* * *

Épisode 2 : Sucré – salé

 

Dans le petit monde du CBD il y a ceux qui réussissent tranquillement et ceux pour qui la vie est devenue un enfer pavé de garde à vue avec en ligne de mire tout au bout la prison. 

Il faut dire que d’ouvrir un magasin de CBD en ligne ou hors ligne, tient du parcours du combattant. D’abord, il faut trouver les produits, à qui se fier dans une jungle de produits non réglementés et non contrôlés. Pour ceux qui ont besoin d’un lieu il faut trouver un propriétaire pas trop regardant ou tolérant avec le Cannabis. Ce qui est loin de constituer une règle générale.

Enfin et c’est la partie la plus visible de ces obstacles, le jour où vous avez pignon sur rue, que ce soit virtuellement ou pas, il se trouvera peut-être un procureur ou son substitut, le couteau entre les dents, pour vous traiter comme un criminel. Le business du CBD : une promenade de santé.

 

Andrew Neel @Unsplash

#Témoignage

J’ai ouvert mon magasin il y a 3 mois en proche banlieue de Paris. Cette ouverture c’était aussi un geste engagé, on savait qu’il y avait un risque, ça n’est pas pour venir pleurer aujourd’hui.

J’ai toujours bien travaillé, je suis un ancien fonctionnaire, on s’est associé avec quelques amis, on a pratiquement investi tout ce qu’on avait mis de côté pour lancer ce truc là. D’ailleurs on a bien fait, les affaires ont très bien marché pour nous. On est rapidement parvenus à rembourser notre mise, l’avenir s’annonçait assez radieux.

Notre boutique n’avait rien de provocateur, exit les cofyshop et autres représentations équivoques. Nous vendions des fleurs séchées, des huiles, baumes et des aliments infusés, du thé au CBD aussi … Notre clientèle c’était des quadras, des personnes âgées, des mères de famille. Nous avons toujours refusé de vendre à des mineurs c’était spécifié à l’entrée sur la porte.

Illustration – Capture d’écran France 3

* * *

On nous est tombé dessus en deux temps. D’abord ils ont perquisitionné le magasin, puis environ 10 jours après ils sont venus nous prendre un matin à 7H la maison. Nous étions en train de partager le petit déjeuner avec les enfants. J’ai vécu un des moments les plus compliqués de mon existence.

Là j’ai subi en tout 48 heures de garde à vue et 16 heures de plus en geôle dans des conditions dégueulasses. Je n’avais jamais été arrêté, j’ai toujours marché dans les clous, toujours payé mes taxes, toujours élevé mes enfants dans le droit chemin des valeurs républicaines. Soudain j’avais revêtu un costume de délinquant, de criminel, et je me retrouvais le cerveau d’une bande de trafiquants de drogue en mode international.

Je n’ai pas eu le privilège d’être mis en boîte par un procureur, j’ai dû me contenter d’un modeste substitut. Mais qu’est ce qu’il s’est acharné ! Je ne sais pas si la raison était que c’était si facile de s’en prendre à des entrepreneurs qu’à de vrais trafiquants car je n’ai aucune expérience dans ce domaine. Mais ce dont je me souviendrais toujours c’est de l’affront et la salissure. C’est l’expression d’un terrifiant acharnement, légitimé par l’administration et par la loi, qui a sûrement été le plus violent pour moi.

 

Illustration – NiuNiu @ Unsplash

 

L’argent, de ce qu’on m’a clairement dit, c’est à peu près la seule chose qui semble préoccuper la justice. Prendre de l’argent pour financer toute cette farce.

« On va vous reprendre tout ce que vous avez gagné, ne vous inquiétez pas »

ou encore des phrases comme

« Je vais vous faire passer le goût de jouer avec la justice moi, on va vous faire payer plus que ce que vous pensiez gagner Monsieur »

* * *

Je me suis défendu comme j’ai pu mais sans acharnement, mon avocat m’a beaucoup aidé bien sur. Puis j’ai écouté cet homme, qui raisonne par les principes de lois que lui seul semble pouvoir comprendre. Je me fais dépouiller, moralement et économiquement massacrer.

Tous nos comptes en banque bloqués à moi, mes associés, leur famille, leurs enfants aussi, adieu les primes, adieu le sapin cette année. Comprenez bien, il y a là dehors un état qui considère les marchands de chanvre comme des dealers, un état qui terrorise les gentils comme s’ils s’agissait de gros méchants. France 2018 : Silence on réprime, silence on dépossède, silence on emprisonne les commerçants du CBD. 

* * *

Pendant les quelques mois où le magasin était resté ouvert, on ne s’était jamais versé de salaire avec mes associés. On avait fait un resto une fois entre nous. On se préparait à créer d’autres magasins, à créer d’autres emplois, à donner le choix du chanvre à d’autres personnes auraient pu en profiter, pour leur bien être et leur santé.

Pendant très longtemps j’ai personnellement pris des médocs le soir pour dormir. Suffisamment longtemps en fait pour que mon toubib me dise que ça serait pour la vie. Puis un jour j’ai essayé l’herbe de CBD et ça a été terminé du jour au lendemain. Alors le ballet de mamans qui venaient pour aider à soulager les règles douloureuses de leurs filles ; les personnes âgées à qui les médecins conseillent d’aller se  fournir sur internet, ça ne m’étonnait pas tous les jours au magasin. Vous voyez, c’est un peu tout ça que la justice est coupable d’avoir brisé, mais c’est surtout l’image d’un père travailleur et honnête dans les yeux de ses enfants. Alors il fallait le dire, alors nous devons nous battre.

Nous sommes la chair à canon, les soldats de l’avant, nous sommes ceux qui sont allés au casse-pipe. C’est sur nos corps, meurtris par la justice, que marcheront les suivants jusqu’a ce que nous atteignons ensemble la verte vallée de l’autre côté. Le droit de se soigner avec l’herbe. Je veux ressentir à nouveau la gratitude de celles et ceux dont la vie a été transformée grâce aux produits du Cannabis du chanvre et grâce au CBD en particulier. Oui je veux et je vais continuer, mais entre deux procès, je voulais surtout dire à tous la vérité de ce que nous vivons, je voulais que tout le monde sache ce qu’on nous fait. 

Au nom d’une loi …. au nom de la loi. S’il est permis de croire que cette plante soigne, alors la justice nous doit des comptes.

/Lettre Anonyme d’un commerçant du chanvre condamné pour des stupéfiants/

 

#Arras

Dans le nord une boutique de CBD baptisée tout simplement CBD Shop vient d’être fermée par la justice, son gérant placé en garde à vue comme un trafiquant. Elle avait ouverte depuis y a 10 jours. Une information La voix Du nord

#Aix en Provence

Les gérantes de la boutique CBestDay jettent l’éponge. Dans une indifférence quasi-générale deux jeunes femmes courageuses et innovantes voient leur rêve entrepreneurial piétiné par la justice.  Pas question de retourner en garde à vue dans ces cellules crasseuses, pas question de finir en prison. CbestDay s’arrête et tous nos voeux pour l’avenir les accompagnent humblement.

#Buralistes en colère

Cette semaine nos amis des Buralistes en colère saisissent au bon l’avis du CSST au sujet du Cannabis Médical. Voici la lettre ouverte qu’ils adressent à leur administration de tutelle aux 577 députés de l’assemblée, mais sans pétard.

France le 13 Décembre 2018

Messieurs les députés,

C’est avec beaucoup d’intérêts que nous avons appris dernièrement, que la possibilité de pouvoir exploiter le « cannabis » avait été évoquée lors d’une séance par M. Ludovic Mendes. Nous applaudissons à cette proposition qui nous permettrait nous « buralistes de France » de pouvoir faire face aux futures augmentations tabac avec un nouveau produit à offrir à nos clients. Nous avons déjà implanté et exploitons toutes les activités annexes et la future augmentation sonnera le glas pour beaucoup d’entre nous.

Dans cette hypothèse ou effectivement nous pourrions être amené à exploiter ce produit dans le but d’apporter un bien-être à la population et uniquement la variété « Chanvre Sativa L » reconnue comme étant un produit non psychotrope et légal au niveau européen. Cela serait une bouffée d’air frais pour nous exploitants qui subissons de manière injuste, la répression liée au tabac et qui a déjà fait fermer beaucoup trop de commerces et a ouvert la porte du marché parallèle.

Pour l’état, c’est encaisser une TVA qui apporterait immédiatement aux finances publiques une plus-value de plus de deux milliard d’euros, par rapport à aujourd’hui. Mais également légaliser un produit dont seuls les dealers perçoivent la totalité d’un gain sans pour autant verser sa quote-part à l’état, ni à travers la TVA, ni à travers les charges SSI ou encore sur l’impôt sur le revenu ou IS. C’est également mettre un terme final à ce marché de contrebande.

C’est aider une autre profession qui dépend trop des aides européennes et françaises, l’agriculture, qui elle aussi se verrait apporter de l’eau à son moulin et pourrait moins dépendre des aides d’assistanat, mais vivre décemment de leurs labeurs tout simplement.

C’est développer le marché du travail, de la fabrication à la vente de ce produit. Mais avant tout, c’est officialiser un marché déjà existant, avec toutes les conséquences que cela entraînera, aussi bien pour la taxation d’un produit, les charges inhérentes au développement du travail, impôts sur les revenus etcetera. .

Alors pour une fois, écoutez ce que nous avons à vous dire, écoutez le raisonnement de simples commerçants, d’un marché qui existe mais qui se négocie sans que l’état perçoit quoi que ce soit des taxes ou charges lié ce produit.

Membre de l’association « Buralistes en colère »

#A venir et en cours

Bientôt sur la toile un nouveau magasin de CBD : Cébédé.fr, eliquides, huiles et produits cosmétiques au rendez-vous à cette adresse https://cébédé.fr 

Weed Paradise continue sa route de manière éblouissante. 

Souvenez vous les distributeurs en discothèque dans les Vosges.. Ça ne date pas d’hier, mais surtout les choses ont évolué niveau produit. On en avait même parlé directement avec Fehrat Alokocoglu le gérant.

La marque propose désormais différentes formules à base d’herbe et des extraits concentrés au CBD à 5 et 10% dont il faut bien reconnaître qu’ils sont d’excellentes qualité. Pour plus d’informations au sujet de ces distributeurs automatiques, rendez-vous sur la page Facebook de Weed Paradise.

 

Bonnes fêtes de fin d’année à tous les commerçants du chanvre et du CBD Français. Quand au public : restez bien connecté sur les réseaux du Cannabiste, un cadeau surprise vous attend la semaine prochaine. Ho Ho Ho ! 

 

* * *

Épisode 1 : Harcèlement

La répression des magasins de CBD et de chanvre c’est un peu comme l’échec de la prohibition. Ça n’est pas parce qu’on en parle pas qu’elle a disparu. Malgré les efforts conjoints des associations et des avocats, sur le CBD ça cogne toujours. Et ça fait mal : On commence par l’est. État du front.

#Mulhouse

L’information a été révélée par le Journal l’Alsace le 11 Novembre, au moins deux magasins de CBD ont été perquisitionnés et fermés après que les gérants se soient retrouvés en garde à vue.

Il s’agit des magasins Purple Taste rue Foch et CBD 360 rue Pasteur. Tous deux plient boutique à l’impulsion de la justice. Des Baumes des huiles et des fleurs ont été saisis pour analyses. 

Captures d’écran Facebook

#Val de Marne

6 mois de prison et 30 000€ d’amendes requis par le parquet contre le gérant du magasin de CBD Cofyshop. Le ministère public selon nos confrères du Parisien via News 24  veut « tordre le cou » à la situation de flou juridique. Cachez ces fleurs que je ne saurais voir. Toujours dans Le Parisien, le parquet déclare « Là c’était le produit interdit dans toute sa splendeur. »

Le magasin a été fermé manu militari 10 jours après son ouverture, le délibéré du tribunal est attendu le 24 Janvier.

#Reims

Hécatombe à Reims, le procureur diligente trois interventions simultanées, c’est une information France BleuLa boutique Herb Secret’s ouverte depuis le 2 Juillet a été perquisitionnée ainsi qu’un bureau de Tabac : ‘Le Royal’.

 

Capture d’écran France Bleu

 

Le magasin de Reims situé à Tinqueux a été visité par la police. Aussi étonnant que cela paraisse ce sont des e-liquides qui ont été saisis. Greeneo, Weedeo, Space Monkey, les marques Françaises ont été ciblées par les autorités. D’après le commerçant qui a souhaité garder l’anonymat, la brigade des stupéfiants au retour des analyses a rapporté des taux de 0.01% et 0.02% de THC. Selon la justice Rémoise cela suffit pour qualifier les E-liquides en stupéfiants : le commerçant sera jugé comme un dealer.

#Mandelieu

Sur la côte d’Azur, c’est le magasin Flowers Shop qui fait les frais de la répression des magasins de CBD.

 

 

Le magasin a été perquisitionné il y a un mois par les gendarmes, une filature et une enquête étaient en cours depuis une dizaine de jours. Tous les certificats et les factures du magasin étaient à jour. Cristaux gélules et huiles ont été analysés, environ 1 Kilo de fleurs ont été confisquées.  Perquisition, saisie matériel informatique, bien que le magasin ait été géré de manière exemplaire, avec comptable, conseiller juridique et tout le toutim, le procès du gérant se tiendra le 24 Janvier Prochain. En attendant il reste ouvert.

#Aix en Provence

Souvenez-vous, nous les avions interviewée dans la saison 1 de CBD Ground Zéro, les responsables de la boutique d’Aix en Provence Cbest day ont obtenu des nouvelles de la justice. Mais ce n’est pas celles qu’elles attendaient.

 

À l’occasion d’une banale convocation pour le remise de documents administratifs, Jessica la gérante a été gardée en garde à vue pendant 17H puis déférée au tribunal après une journée en geôle. Rappelons nous au passage que Jessica est une mère de famille.  Après être passée devant la Juge aucun taux d’analyse ne lui a été communiqué mais elle se retrouve sous contrôle judiciaire, interdiction de sortir du territoire, obligation de pointer etc …

 

#Essonne 

La mauvaise surprise date du 14 Novembre dernier, une équipe de la police s’est rendue à Sainte Geneviève pour inspecter le magasin CBDream Shop et procéder à des saisies. Vérification administrative, fouille en règle et saisie. Les Forces de l’ordre ont saisi les fleurs du magasin et le matériel informatique devant un gérant médusé.

Par la force des choses le magasin a dû rester fermé pour une dizaine de jour. Mais il a rouvert et propose de nouveau des huiles, des baumes, des vaporisateurs et du e-liquide au CBD. Beaucoup plus surprenant, les enquêteurs ont saisi des graines de collection …

 

https://cbdreamshop.fr/

Au passage on en profite pour vous partager un petit sondage proposé par ce commerçant en ligne afin de mieux connaître les usagers du CBD

#Pendant ce temps-là

A Albi chez Greenlife tout va bien

 

A Rouen chez Mr Green tout va bien

 

A Toulon une nouvelle ouverture est attendue, il reste de très nombreuses boutiques de CBD en France que vous pouvez retrouver sur le site de La Carte Verte du CBD

 

 

Commentaires, réactions: Le Cannabiste sur Facebook / Twitter

Sources : 

France Bleu

Le Parisien

 

— Jean-pierre Ceccaldi pour The Blinc Group – Le Cannabiste 2018 Tous droits réservés –

Suivez et partagez :

Facebook Comments

A propos jean-pierre 206 Articles
Fondateur et rédacteur en chef du site : LeCannabiste.com. Je suis un journaliste blogger spécialisé dans le domaine du Cannabis. J'ai été choisi par un incubateur de Cannabusiness New Yorkais pour devenir leur consultant permanent en matière de Cannabis. Je publie de nombreux articles interviews et essais en langue Anglaise ainsi que pour la presse Française et l'industrie du Cannabis en général.