Les 5 enseignements du film: Bac Nord

Publicité

ShopduCBD-LeCannabiste
Le Film Bac Nord sur Netflix

Le Cannabiste s’interroge sur les 5 enseignements qu’il faut retenir du film français: Bac Nord, sur Netflix, un sous-Besson réalisé par Cédric Jimenez. Car voyez vous, si la politique c’est toujours du bon cinéma, le cinéma en revanche, ça n’est pas toujours de la bonne politique.

Alors le phénomène Bac Nord, on devait forcément en parler.

 

[Alerte spoilers] cet article révèle des informations sur le film. Si vous vous réservez encore le temps de le découvrir, peut-être vaut il mieux ne pas lire ce qui suit pour le moment.

 

* * *

Madehellin-Franchise-LeCannabiste

 

En bref

Le synopsis de Netflix nous dit : Quand 3 flics marseillais en mal d’action décident de démanteler un gros réseau de drogue (…)

Parti d’une histoire vraie, Bac Nord c’est l’ascension et la chute d’un groupe de la BAC Marseillaise. Les policiers avaient été épinglés par la justice pour leurs méthodes de voyous et un niveau élevé de corruption. Le film jette un nouveau regard simpliste et biaisé, sur une situation très ancienne.

Autant vous le dire en préambule: ni très éclairant ni très utile, Bac Nord c’est un film assez moyen. Ce long métrage laisse derrière lui, un goût d’inachevé, voir de bâclé.

Malgré une réalisation et une interprétation convenables, Bac Nord ne dit pas tout, ou plutôt Bac Nord ne dit rien. Un film pas drôle et politique: on s’explique plus bas.

 

#VPN

1èr enseignement: contribuable, abonné Netflix: un VPN tu payeras

Bac Nord est un film coproduit par le groupe Canal, France Télévision et le concours de différentes collectivités territoriales de la région PACA.

 

* * *

Cependant, aujourd’hui, même si vous payez votre abonnement Netflix et les impôts, qui ont contribué à le financer, vous ne pouvez pas encore le voir sur la plateforme Netflix en France.

Ce qui reste fort désagréable, vous en conviendrez … envoyez la monnaie!

En effet pour le voir il faut à nouveau payer, pour l’acheter, ou louer en VOD. Du coup les marchands de VPN se frottent les mains et vous expliquent même: comment gruger légalement et voir ce fameux film, sur votre Netflix!

Alors autant passer par ceux qui ne vous imposent pas ‘l’exception culturelle française‘ … VPN étranger ce sera.

 

affiche
© Prisma Media / Tous droits réservés

 

#Fiction sécuritaire

2e enseignement : Bac Nord est une ode à la prohibition

 

Bac Nord est donc un sous-Besson qui sent a sueur, la merde, le cambouis, la solitude et la trahison. 

Côté sueur les décors sont authentiques, mais la mise en scène rappelle souvent, le traitement lourdingue des enquêtes journalistiques en 90 minutes bien pesées.

Pour le reste on est au carrefour de la téléréalité et du Péplum bon marché. Bac Nord, c’est avant tout, 1H45 de malaise en immersion. L’impression d’une misère qui vous colle à la peau, la moiteur des quartiers nord de Marseille, ce souffle court est assez bien restitué.

bac nord

© JEROME MACE CHIFOUMI PRODUCTIONS

En revanche les gros trafiquants alignés en rang d’oignon façon ‘Banlieue 13’ font doucement rigoler. La concentration locale des évènements aussi. Une mise en scène qui manque d’air et d’ambition sans le moindre doute. Un coup de loupe étouffant.

Ce que le film ne parvient pas à retranscrire c’est la dimension géographique de l’équation régionale offre /demande et la présence de la mer. Toutes les villes, toutes les zones industrielles, toutes les autoroutes des départements côtiers du sud, sont le théâtre de ce marché noir.

Une réalité dont le spectateur de Bac Nord restera privé. Une erreur qui finalement nourrit aussi l’illusion ultra-droitière, qu’un simple ‘coup de balai’ serait possible.

Coupé de la réalité, Bac Nord n’est qu’une goutte d’eau tombée du ciel, on attend toujours que Jimenez nous montre la pluie.

 

 

* * *

#Guerre a la Drogue

3e enseignement: La guerre est totalement perdue et depuis longtemps.

Souvenons nous, le film avait été très vivement critiqué lors de sa présentation à Cannes. Un journaliste irlandais s’était écrié après sa première projection à Cannes:

« Peut-être que je vais voter Le Pen après ça »

 

insert LCI
Capture d’écran LCI.fr – Tous droits réservés

 

Le premier mot qui vient en tête pendant la projection de Bac Nord, c’est le mot humiliation. Mais pas spécialement pour la police, ça on le savait déjà. En Fait Bac Nord aurait pu s’intituler ‘Humiliation pour un contribuable’, ça n’y aurait rien changé.

On retiendra qu’à Marseille, l’inflation du marché du Cannabis est devenue telle, que la guerre à la drogue est définitivement perdue, il faudrait être aveugle ou complètement con pour ne pas le voir.

 

* * *

Le mot qui n’est employé qu’une seule fois à contrario de ‘sale fils de p***e‘ qu’on entend une fois par dialogue, c’est le mot ‘misère’.

Le mot Misère’ ne se glisse qu’une petite fois en 1H45, pendant les auditions d’un des policiers corrompus. Pourtant ce mot ‘misère’: depuis la vraie ville de Marseille, hurle en continu et à longueur de plan.

 

bac nord 6
© JEROME MACE CHIFOUMI PRODUCTIONS

 

À Marseille, le mot ‘misère’ restera l’héritage de Sarkozy, Hollande et de Macron. Un désengagement qui créé des monstres, des univers parallèles où le citoyen, le politique et même le flic, n’ont plus aucune prise avec la réalité.

La preuve en images avec ce film qui n’apporte aucun éclairage supplémentaire sur les conséquences humaines sur ces sites, de 50 ans de prohibition. C’est pourtant difficile de passer à côté … parti pris?

 

#Valls avait raison il faut atomiser les tours (et leurs habitants avec)

4e  leçon: faut tout raser

Et c’est là que Bac Nord gagne ses gallons de ‘sous-Besson’. On suppose selon Jimenez, que s’il reste un peu d’humanité, de foi et d’amour parmi les habitants de ces quartiers désolés, il n’était pas nécessaire de le montrer.

 

 

 

En cause, en particulier, une scène du film assez …. discutable.

[Spoiler]

Un policier se réfugie dans un appartement, au cours d’une intervention qui tourne mal. Et là un gosse âgé, sans doute de moins de 15 ans en compagnie de sa maman, famille arabe, s’il fallait le signaler.

Le môme poignarde donc tranquillement, un policier dans le dos … Tout un symbole.

[Fin de Spoiler]

 

Bac Nord c’est la guerre à la drogue vue par la police, pour la montrer à ceux qui taguent #JeSoutiensLesFDO en faisant des cœurs avec les mains sur les réseaux sociaux.

C’est à dire leurs femmes et leurs collègues.

 

bac nord 8
© JEROME MACE CHIFOUMI PRODUCTIONS

 

Un voile pudique, semble avoir été jeté sur l’existence et le quotidien des premiers impactés par la guerre à la drogue, pour qui le fléau de la prohibition est une constante : les milliers d’habitants de ces villes.

 

* * *

Ce film dépeint la jeunesse et la majorité des habitants comme une bande de sauvages sans loi. S’il avait été sponsorisé par le Z aujourd’hui, il n’aurait pas été mieux filmé. Un genre de Taxi sous Tranxene électoralement efficace, mais pas drôle.

 

#LIGPN est plus dangereuse que les dealers

5e enseignement: la justice est un monstre

Entre deux beuveries collectives en uniforme, pour célébrer les triomphes de la police. Le sentiment que le vrai danger ne vient finalement pas des dealers mais de l’IGPN est une des leçons du film.

Selon Bac Nord, les pourris, ce ne sont pas les policiers qui baignent dans la corruption et le trafic non. Les pourris ce sont les flics, qui arrêtent les flics qui se comportent comme des cochons.

C’est ça morale de ce très bon, mauvais film. L’IGPN est un cancer, MAIS ce n’est pas la faute des hommes, c’est la faute de la politique du chiffre. Circulez y’a rien à voir.

[NDLR: Quand on vous dit que la gabegie française du Cannabis est un problème politique… ]

 

* * *

 

#La boulette du chef

La morale de cette histoire, si on suit la logique du film Bac Nord, c’est l’obligation pour les forces de l’ordre de rendre des chiffres croissants ou ciblés, au gré du choix des élus.

La police ne serait donc pas au service de l’ordre public mais des politiques?

Tu parles d’une nouveauté …

 

bac nord 2
© JEROME MACE CHIFOUMI PRODUCTIONS

 

En revanche ce que Bac Nord réussit à montrer, c’est le niveau d’absurdité et l’instrumentalisation d’une situation qui se nomme: la prohibition.

On aurait juste aimé un peu d’humanité de perspective et de réalisme, dans le traitement de cette question. Ce film ne décolle pas, on reste dans le triste fantasme du réalisateur.

En fait au sortir de ce long article que nous vous remercions d’avoir suivi. On se demande bien ce qu’il vient faire sur la page du magazine.

Car de toute évidence et pour en finir avec Bac Nord: le Cannabis n’a rien à voir avec ça.

 

 

 

Commentaires, réactions: Le Cannabiste sur Facebook / Twitter / Instagram

Sources : 

– Jean-pierre Ceccaldi pour The Blinc Group – Le Cannabiste 2018 Tous droits réservés –

 

A propos Jean-Pierre 1144 Articles
Fondateur et rédacteur en chef du site : LeCannabiste.com. Je suis un journaliste autodidacte spécialisé dans le domaine du Cannabis. J'ai été choisi par un incubateur de Cannabusiness New Yorkais pour devenir leur consultant permanent en matière de Cannabis. Je publie de nombreux articles interviews et essais en langue Anglaise ainsi que pour la presse Française et l'industrie du Cannabis en général.