Artisan de la paix sociale : Farid Ghehioueche

Publicité

Aujourd’hui nous accueillons l’incontournable Farid Ghehiouèche, militant pro-légalisation de longue date et président de l’association Cannabis sans frontières. Farid combat de toutes ses forces, la prohibition Française du Cannabis avec vous allez le voir, des arguments qui font mouche !

Figure de proue sur tous les fronts médiatiques, Le Cannabiste part à la rencontre de celui qui est considéré aujourd’hui parmi le peuple de l’herbe, comme un des meneurs de la résistance à la prohibition: Farid Ghehiouèche.

 * * *

C’est une interview réalisée en octobre dernier, plus précisément le 12 Octobre: jour de la fête républicaine du Chanvre. Un article roulé par Eric Chapel, tassé par François Xavier Mombelli et allumé par la rédaction.

 

#Interview

LC: Salut Farid. C’est quoi cet événement que vous organisez aujourd’hui?
Aujourd’hui 12 octobre, nous sommes rassemblés sur la Place de la République pour marquer symboliquement la fête républicaine du Chanvre : Primidi 21 vendémiaire, 3e Décade, « Primi di Chanvre » dans le calendrier républicain. 
Peu de gens le savent, car on a subi une sorte de lavage de cerveau, mais l’histoire de France est intimement liée à l’histoire du Cannabis, autrement dit en français du Chanvre.
Il faut se souvenir que le Pantagruelion est le nom rabelaisien du Cannabis. On devine parfois que la Cannebière à Marseille doit son nom à l’exploitation du Chanvre pour les cordages et les voiles de bateau. Des voiles tissées qu’on appelait d’ailleurs « toile de Nîmes » qui deviendra plus tard, la toile du blue Jean’s: Denim…

 

Jeans Chanvre
Jeans Crédits Pixabay

 

Quand on évoque le sujet du Cannabis, on s’aperçoit qu’en moins d’un demi siècle de propagande prohibitionniste, l’humanité s’est détachée de milliers d’années de vie en communion avec cette plante pour tous ses usages, y compris médicinaux.

 

Il faut lire le livre de Alexis Chanebau « Chanvre : du rêve aux mille et unes utilités (édition Platinum) ou « Chanvre et Cannabis : le hold-up de la prohibition » (édition l’Esprit Frappeur / Villa Gloden Song) et plus généralement tous les livres publiés aux éditions du Lézard. 

 

* * *
EC : Quelle est ta perception de la situation actuelle en France: Auto-culture, amendes pétards, Cannabis thérapeutique…?
Il m’est difficile de résumer sans un minimum critiquer la situation, en une formule, je dirai que « la France avance en reculant ». 
Concernant la consommation, on constate que les saisies comme le nombre de personnes interpellées pour « usage et détention de Cannabis » ne cesse d’augmenter…

 

Même le grand chef de la lutte anti-drogues s’est fait prendre la main dans le pot et se retrouve poursuivi pour « trafic international ».

 

On en parle sur le Cannabiste
Le Cannabiste

 

On est dans une situation dangereuse, quand la criminalité liée au trafic de stups devient un mode de vie normal pour une partie de la jeunesse. On se tire dessus pour le contrôle du terrain, pour des petites affaires d’influence, de crédits ou prêts temporaires non remboursés, de « poucave » (délation) … et ça fait des morts.

 

* * *

 

Mais il faut croire que la Police ne cherche pas à endiguer ce problème : Peut-être pense-t-on « mieux vaut qu’ils s’entretuent entre eux » ?

 

« vivre heureux en vivant cachés

 

En revanche, la Police se mobilise avec brio pour détruire les plantations, comme tous les ans à la même période, souvent sur la base d’une délation… Interpellations à domicile, saisies des cultures personnelles en pleine terre ou en serre à l’intérieur…

 

Plus que jamais, les Cannabiculteurs qui veulent garder leur matériel de culture, qui ne veulent pas perdre leurs plants-mères, continuent à « vivre heureux en vivant cachés » mais dans la peur perpétuelle d’une garde-à-vue, voire de la prison pour les personnes en situation de récidive.

 

On en parle sur le Cannabiste
Le Cannabiste

 

Les « amendes » à 200 euros que les médias présentaient -à tort- comme une forme de dépénalisation de l’usage du Cannabis (ce qui est faux puisque cela concerne toutes les substances classées comme stupéfiants), est en fait une sur-pénalisation des usagers de drogues et en ciblant particulièrement les Cannabinophiles.

 

« … Parrains du business illicite

 

Simplement, ce dispositif exigé par la Police pour « sanctionner » véritablement les quelques 50 000 sur 190 000 personnes interpellées chaque année à qui l’on ne faisait qu’un simple rappel à la loi.
Mais cette mesure n’améliore pas la paix sociale, au contraire puisqu’on donne le droit au policier d’être juge et parti, de constater l’infraction et d’exécuter la peine, c’est à dire prélever l’amende…

 

* * *

 

Ce qui pose toujours quelques problèmes technico-juridiques, sans évoquer la déontologie. Mais pour sauver la face, le gouvernement entend bien « tester son dispositif » avec quelques villes pilotes comme Reims, Rennes et Créteil. Ce qui est le plus grave, c’est que l’interdit est maintenu au nom de la protection de la jeunesse notamment des mineurs, mais ce sont les adultes majeurs que l’on veut mettre à l’amende…

 

Bref, on voudrait que les mineurs deviennent les « parrains du business illicite » que l’on ne s’y prendrait pas autrement !

 

On en parle sur le Cannabiste
Le Cannabiste

 

Pour ce qui concerne l’accès au Cannabis thérapeutique : pendant un an une commission a étudié la « faisabilité ». Ses conclusions étaient assez positives, même si elles demeuraient frileuses compte tenu de l’urgence pour toutes les personnes malades qui patientent avec la douleur.

 

« idéologie rétrograde

 

La France se ridiculise avec une ‘expérimentation’ à si petite échelle et sur un nombre très limité de prescriptions. Cette situation me dégoûte, je rêve d’une class-action, une plainte collective.
Je me dis qu’il faudrait condamner les responsables politiques qui continuent à maintenir l’interdit alors que les stupéfiants sont strictement et exclusivement réservés pour une utilisation médicale ou scientifique. À ce titre la France ne respecte pas ses engagements internationaux. C’est à cause d’une idéologie rétrograde.

Depuis 1996, en Californie, on a facilité l’accès au Cannabis médicinal dans des dispensaires à titre compassionnel.  C’est une expérimentation à très grande échelle, dérégulée et au mépris de la loi fédérale comme des traités internationaux. (NDLR: et pourtant elle tourne!)

 

On en parle sur le Cannabiste
Le Cannabiste
 
LC: Explique nous pourquoi le CIRC, NORML, Cannabis Sans Frontières…?
Je ne vais pas refaire ici l’histoire du mouvement français pro-Cannabis, depuis le début des années 90. Tout le monde, et moi le premier s’est mobilisé autour du CIRC et de Jean Pierre Galland. C’est grâce à son livre « Fumée clandestine » qu’en 1991 j’ai commencé à comprendre et m’intéresser au sujet du Cannabis.

 

« on ne peut pas mobiliser les masses populaires derrière le logo d’un clown rigolard

 

Personnellement, je me suis plus impliqué dans le champ politique que sur le plan associatif en rejoignant le parti écologiste, Les Verts. Le CIRC c’est toute une époque, plus libertaire et plus revendicative qu’aujourd’hui.
Mais je dois reconnaître aussi qu’on ne peut pas mobiliser les masses populaires derrière le logo d’un clown rigolard, tout en voulant être pris au sérieux niveau communication en jouant sur les mots pour faire de belles formules satiriques ou ironiques !

 

Farid et JP Galland Crédits Facebook

 

Et puis, ce n’est pas que le Cannabis qui est visé par les lois anti-stups, et donc tous les usager-e-s de drogues et donc toutes les drogues qui sont concernés par la répression, et donc par la réforme des politiques de contrôle en matière de drogues.
C’est d’ailleurs pour casser ce cloisonnement militant, et redonner une dynamique au mouvement en faveur de la réforme que nous avons lancé à l’occasion des élections européennes en 2009, Cannabis Sans Frontières (alternative écologique).

 

* * *

 

C’est aussi pour mobiliser au-delà des rangs militants, et pour rassembler tous les citoyens concernés, qu’ils soient consommateurs ou non usager, mais aussi pour fédérer toutes les organisations existantes que NORML France s’est lancé en 2014.

 

« le pari, la France

 

Chacune des organisations a sa légitimité, son utilité sociale et politique, chacune oeuvre et concourt à changer les représentations, les clichés, les idées reçues à l’égard des usagers de drogues en général et à améliorer la perception de ce que sont les drogues en particulier.
De mon point de vue, il faudrait simplement qu’elles soient mieux coordonnées entre elles, et plutôt que de donner l’impression d’être concurrentes, toutes ces associations devraient s’attacher à définir une stratégie commune en respectant les différences de chacune.

 

 

Une des raisons pour laquelle la France passe pour réfractaire au changement en matière de politique drogues est notamment liée à ces vieilles rivalités sclérosantes. En les dépassant, j’en fais le pari, la France pourrait vite prendre les avant-postes de la légalisation du Cannabis dans le monde.

 

LC : Les manifestations Cannabiques en France ont-elles encore un intérêt?

Certes, tout le monde consomme tout et partout, certains pensent que de facto c’est dépénalisé, ce qui est faux, il suffit de se rendre dans un tribunal correctionnel pour s’en rendre compte. Mais en observant la situation, certains seraient très contents de simplement « dépénaliser », car légaliser c’est vouloir encadrer le marché de la production à la consommation…
Manifestation Cannabique
Manifestation cannabique Place de la République Crédits facebook

 

Vu le niveau de consommation, vu le niveau des interpellations, vu le niveau de condamnations et d’incarcérations, vu le niveau de méconnaissance de la problématique, vu les évolutions ailleurs dans le monde, les défis liés aux dérèglements climatiques, vu que les 3/4 de l’humanité souffre sans avoir accès aux anti-douleurs et je pourrai en ajouter … Il reste plein de bonnes raisons de continuer à se mobiliser pour se faire entendre.
* * *
Plus que jamais, l’information est importante et plus que jamais « le savoir est une arme » pour ne pas se laisser abattre par le découragement et la bêtise ambiante. Oui, il est important que ces manifestations perdurent, même si elles demeurent symboliques.

 

« … faux Cannabis, Cannabis light

 

LC: Quelle stratégie te semble la plus adaptée pour voir la situation évoluer et…?
C’est une chose que de vouloir rassembler toutes les organisations et de trouver une stratégie commune pour agir de concert, chacun avec ses arguments, ses capacités et ses compétences.
Récemment, certains se sont lancés sur le marché du « chanvre bien-être » pour ne pas parler de « faux Cannabis » ou de « Cannabis light » ou de « canada dry » c’est à dire la couleur, l’aspect, l’odeur mais surtout pas l’ivresse …

 

Comme si chacune des plantes de Cannabis était issue d’une espèce différente. Comme si d’un côté on avait le « bon » Cannabidiol et de l’autre le « méchant » Delta9-THC.
Comme si l’un était légal parce que dans un flou juridique, tandis que l’autre serait totalement illégal parce que mentionné dans le tableau des substances psychotropes. 

 

« … en France on est très en retard

 

‘Foutaises et balivernes’ comme dirait l’éminent Jean Costentin qui avec son double titre de Professeur continue à faire la pluie et le beau temps au sein de l’Académie Nationale de Médecine.
* * *
L’OMS propose de changer cette classification internationale inepte et souhaite faciliter autant que possible le recours au Cannabis médical pour de nombreuses pathologies. Le monde est en train de bouger à vitesse grand V, mais en France on est très en retard.

 

EC : Pourquoi un tel retard ?
Parce que peu de gens le savent, mais la France est un des piliers du système onusien, et qu’il est difficile de s’avouer toutes nos erreurs depuis sa mise en place. Parce qu’avec des gens très influents comme le Pr Piazza ou le Pr Costentin on continue à maintenir la chape de plomb sur les découvertes les plus récentes.

 

 

LC : Pour finir, si tu devais partir sur une île déserte avec une seule variété de Cannabis en graines, laquelle.?

Quelques graines de Pakalolo dans le pacifique, du Zamal si je suis sur l’Île de la Réunion pour faire pousser des plantes adaptées à leur environnement!

 

* * *

 

Commentaires, réactions: Le Cannabiste sur Facebook / Twitter

Interview exclusive réalisée le 12 Octobre 2018 par Éric Chapel, éditée par François Xavier Mombelli avec le concours de la rédaction du journal Le Cannabiste 

– Jean-pierre Ceccaldi pour The Blinc Group – Le Cannabiste 2018 Tous droits réservés –

Commenter cette page avec votre utilisateur Facebook

A propos jean-pierre 627 Articles
Fondateur et rédacteur en chef du site : LeCannabiste.com. Je suis un journaliste blogger spécialisé dans le domaine du Cannabis. J'ai été choisi par un incubateur de Cannabusiness New Yorkais pour devenir leur consultant permanent en matière de Cannabis. Je publie de nombreux articles interviews et essais en langue Anglaise ainsi que pour la presse Française et l'industrie du Cannabis en général.